Molecular imaging & imaging-guided therapy

Biomarqueurs moléculaires et approches théranostiques

Responsable : David TAIEB (AMU/APHM, CERIMED, CRCM)

Une fois les développements méthodologiques transférés, validés et appliqués en préclinique et clinique, ils seront mis en œuvre pour répondre scientifiquement aux besoins en biomarqueurs et approches théranostiques sur des modèles précliniques et dans le cadre d’études cliniques, pour se fondre avec le concept de médecine personnalisée.

Outre l'imagerie multimodale, les procédures d'intervention sont au centre de cet axe. Ces techniques permettront d’obtenir des biopsies de lésions ciblées dans le but de valider les corrélations moléculaires observées, et pour délivrer des agents thérapeutiques d'imagerie pour la thérapie guidée par imagerie. Dans l'ensemble, les interactions diagnostic/thérapeutique seront développées pour sélectionner les patients, ainsi que pour guider, prédire et évaluer les traitements, en fonction de la signature moléculaire de la maladie et des lésions; mais aussi pour traiter directement avec les approches à base de vecteurs en utilisant la radiothérapie interne vectorisée et/ou des procédures d'intervention pour délivrer des agents thérapeutiques au sein des lésions, et enfin d'améliorer la qualité et efficacité des soins. Plusieurs approches théranostiques sont proposées par les partenaires du DHU-imagerie impliqués en Neurosciences (APHM, INT) et en oncologie (APHM, CRO2, MRCC, VRCM, CRCM), en relation étroite avec deux SIRIC (sites de recherche intégrée sur le cancer)-Marseille, le premier pour les tumeurs cérébrales et le second, pour les tumeurs pancréatiques, et avec les biobanques de l’AP-HM et de l’Institut Paoli Calmettes (IPC). Nos projets seront axés sur les troubles neuropsychiatriques, les tumeurs cérébrales et les tumeurs neuroendocrines (y compris le pancréas). Le cancer de la prostate (PC) a été aussi inclu dans ce projet car il présente des caractéristiques « neuroendocriniennes » qui peuvent être ciblées par des radiopharmaceutiques pour l'imagerie ou la thérapie (ie récepteurs des neuropeptides), et que cette différentiation participe en partie à la résistance de ces cancers à l’androgéno-suppression. Ainsi, dans l'ensemble, DHU-Imaging considère essentiellement des maladies tumorales et non tumorales dérivées du système nerveux ou de progéniteurs communs (crête neurale) ou à différentiation neuroendocrine.

Partners